Err

Déjà client ? Entrez votre e-mail et mot de passe :Première visite ?Enregistrez-vous
Blog

Samedi 13 octobre - Conférence de Gérard Bedel

Rédigé le  21 sep. 2018 11:27  -  Lien permanent
0 Commentaires  

La librairie Notre-Dame-de-France attaquée ce WE

La librairie Notre-Dame-de-France attaquée ce WE

La librairie Notre-Dame-de-France (33, rue Galande – 75005 Paris) a été visitée dans la nuit du dimanche 2 au lundi 3 septembre par quelques artistes en herbe militant pour un monde meilleur. Ils ont pris l’initiative d’égailler la vitrine du magasin de messages pacifistes aux couleurs chatoyantes.

 

Il s’agissait bien sûr d’une exposition temporaire, les fresques ayant été depuis effacées par les forces de la nature (pluie et vent) et la main vigoureuse de notre libraire aidé par d'autres honnêtes commerçants du quartier.

 

Notre équipe a aussitôt rouvert la librairie pour vous accueillir du mardi au samedi de 11h à 13h et de 14h à 19h30.

 

N’hésitez pas à venir dans notre magasin où vous pourrez admirer les expositions d’icônes et les étagères bien achalandées de saines lectures. Vous pourrez aussi flâner dans notre rayon beaux livres et art sacré.


La rentrée des classes ayant eu lieu cette semaine, les cours de catéchisme reprendront bientôt. Il n'est pas encore trop tard pour réserver auprès de votre libraire votre manuel de doctrine catholique.

Rédigé le  6 sep. 2018 13:41  -  Lien permanent
0 Commentaires  

La fureur de Satan en Hongrie et en Chine (FIDELITER n° 243)

La fureur de Satan en Hongrie et en Chine (FIDELITER n° 243)

Des circonstances particulières n’ont pas permis que ce dossier sur l’Église du Silence soit présenté à nos lecteurs avant la fin de l’année précédente, comme il aurait été souhaitable puisque c’était le centenaire de la Révolution d’octobre. Le voici donc inséré dans le présent numéro de notre revue. C’est M. Alain Toulza qui en a proposé l’idée et s’est offert pour le prendre entièrement à sa charge. La rédaction lui est reconnaissante pour ce gros travail. Chacun pourra, du reste, constater la connaissance particulière, ancienne et actuelle que le rédacteur du dossier a acquise de la persécution des chrétiens, singulièrement des catholiques, derrière le rideau de fer et le rideau de bambous.

À la lecture des pages qui nous sont proposées ici, on ne peut que se poser des questions sur tous ceux, surtout parmi les intellectuels français, qui ont scandaleusement prêté leur concours aux régimes communistes en cause, dans les périodes où leur dictature broyait les consciences, les familles et la liberté la plus élémentaire à coups d’arrestations arbitraires, de tortures, de travaux forcés et d’assassinats par dizaines de milliers. De Louis Aragon à Daniel Cohn-Bendit, combien de plumes serviles, aveugles ou consciemment complices, de déclarations dans les médias, ou encore de marches « révolutionnaires » n’ont-elles pas encensé publiquement la terreur rouge et ses crimes en légitimation d’un Joseph Staline ou d’un Mao Tsé-Toung !

Mais aussi combien d’indifférence et de passivité dans les rangs des chrétiens occidentaux, de déni même, jusqu’au niveau d’une hiérarchie ecclésiale trop souvent empressée, des décennies durant, à rechercher un dialogue impossible avec les bourreaux à travers la fumée du Mouvement mondial de la paix – cette courroie de transmission du communisme international –, en évitant soigneusement d’entendre les cris désespérés de ses victimes ! Or ces cris demeurent encore dans la majeure partie des pays du rideau de bambous, mais nous ne les entendons plus. Il a fallu qu’un prélat nonagénaire, le cardinal Joseph Zen, ancien prisonnier du Logaï (le Goulag chinois), interpelle le pape sur les douteuses tractations du Vatican avec le dernier successeur de Mao pour que les médias occidentaux prennent conscience de ce fait insolite en 2018 : le communisme règne encore sur 1 600 milliards d’Asiatiques, dont 1 456 milliards de Chinois, soit
20 % de la population mondiale.

Parce que plus proche de nous et plus médiatisée, et aussi parce qu’elle commence à menacer sérieusement la population de l’Europe, la persécution des chrétiens par l’islam militant nous est davantage connue et nous fait davantage peur. Mais si le communisme se dote des techniques les plus innovantes dans la domination de l’intelligence, qui sait si demain le péril jaune ne sera pas plus dangereux pour l’humanité que le péril vert, qu’il pourrait même domestiquer en
vue de sa conquête de la planète ? Une intervention divine suscitée par notre prière et nos sacrifices pourrait bien entendu conjurer cette menace.

Voici en tout cas l’histoire de ce que certains régimes marxistes ont entrepris pour effacer le christianisme. Exceptionnellement, la revue a octroyé presque toutes les pages de ce numéro au dossier, presque à la manière d’un hors-série. Ce
ne sera pas coutume. Nous souhaitons que cette livraison, qui emmènera en quelque sorte nos lecteurs en voyage à Budapest et à Pékin, les intéresse suffisamment pour qu’ils acceptent volontiers de rompre temporairement avec leurs habitudes.

Abbé Philippe Toulza, directeur de la rédaction de FIDELITER
Rédigé le  30 juillet 2018 11:36  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Editorial - FIDELITER N° 243

Editorial - FIDELITER N° 243

«Le communisme est l'avenir radieux de l'humanité.» Ce slogan de la défunte Union soviétique est, contrairement à des apparences trompeuses, d'une criante actualité. Car le communisme n'est pas d'abord une théorie, il est une praxis: c'est pourquoi il ne cesse de se modifier, comme un « mutant », disparaissant ici pour réapparaître ailleurs sous des oripeaux différents.

Car, au fond, qu'est-ce que le communisme marxiste-léniniste? C'est le triomphe absolu du matérialisme athée, dans lequel chaque individu humain ne cherche que son propre bonheur sensible. Et Marx imaginait que tout homme, dans le cadre du communisme, bénéficierait d'une abondance significative de biens matériels.

N'y a-t-il pas là une description saisissante de notre société capitaliste ultralibérale? Dieu et l'âme immortelle, la vertu et la vie spirituelle y sont comme des souvenirs en voie d'extinction rapide. Chaque individu, muré dans sa petite bulle personnelle, sans se préoccuper des autres ni d'un quelconque bien commun, recherche ce qui va le satisfaire, lui donner un plaisir immédiat. D'où l'effrayant succès de la pornographie et de la drogue.

Quant aux biens matériels, nous en sommes littéralement submergés: la société produit des biens sans mesure, les individus en acquièrent sans limites. L'hyper «société de consommation» est comme le rêve réalisé du communisme, ou plutôt son cauchemar le plus abouti.

Mais il ne faut pas oublier les leçons de l'histoire. Le communisme a entraîné une société policière, une dictature de contrôle et de surveillance, et finalement plus de quatre-vingts millions de morts. Or, c'est exactement l'évolution que nous sommes en train de vivre. On nous promettait une société de liberté, d'anonymat, de tranquillité, et voici que nous sommes de plus en plus environnés de policiers lourdement armés, de militaires qui patrouillent, de vigiles omniprésents, sans oublier les millions de caméras qui scrutent chacun de nos faits et gestes, le moindre de nos déplacements.

Et, demain, grâce aux algorithmes et à l'intelligence artificielle, la caméra saura qui nous sommes et, en fonction de nos activités précédentes, n'hésitera pas à nous dénoncer si nous prétendons réaliser une activité «politiquement incorrecte». La dictature communisto-capitaliste chinoise est en train de mettre au point un tel système de contrôle général et centralisé, mais ne doutons pas que nos sociétés «capitalisto-communistes» ne finissent par y arriver elles aussi.

Il y a plus de trente ans, dans un de ses cours à Écône, Mgr Lefebvre faisait remarquer qu'au fur et à mesure que la conscience morale s'effrite, s'efface, il faut la remplacer par des policiers. Et il proposait cette boutade prophétique: «Lorsque la vie chrétienne aura définitivement disparu, et avec elle la conscience morale, il faudra sans doute mettre un policier derrière chaque individu»

Le grand Donoso Cortès l'avait dit magnifiquement avant lui, le 4 janvier 1849, dans un discours au Parlement espagnol :

«Il n'y a, Messieurs, que deux répressions possibles: l'une intérieure, l'autre extérieure; la répression religieuse et la répression politique. Elles sont de telle nature que, lorsque le thermomètre religieux s'élève, le thermomètre de la répression baisse, et que, réciproquement, lorsque le thermomètre religieux baisse, le thermomètre politique, la répression politique, la tyrannie monte. C'est une loi de l'humanité, une loi de l'histoire.»

Ne croyons donc pas que le communisme ait disparu, parce que l'Union soviétique a sombré. Sa forme primitive, grossière, imparfaite, est certes en voie d'effacement. Mais l'idée centrale du communisme, ce matérialisme athée et hédoniste, est le projet même de la société moderne.

Et puisque les lois qui régissent la nature humaine sont immuables comme Dieu, nous devrons subir la conséquence nécessaire de cette destruction de la conscience morale et religieuse : la dictature policière, le contrôle généralisé, ce que George Orwell, dans son génial et prophétique roman 1984, nommait Big Brother, suivie de la répression féroce des « dissidents », de ceux qui voudront continuer à aimer Jésus et à désirer qu'il règne sur les hommes.

Si donc la société ne redevient pas chrétienne, si elle ne revient pas vers Dieu, alors le communisme, «intrinsèquement pervers», comme l'avait justement qualifié Pie XI, sera bien, en un nouvel avatar, «l'avenir radieux de l'humanité», c'est-à dire sa destruction.

Abbé Christian Bouchacourt †, Supérieur du District de France de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X

Rédigé le  30 juillet 2018 11:24  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Kateri Tekakwitha - La petite Iroquoise

Kateri Tekakwitha - La petite Iroquoise
«Je vous avais présenté il y a quelques mois une biographie pour enfants présentant cette petite sainte Iroquoise. Voici désormais son histoire en images dans la fameuse collection «Chemins de lumière» des éditions Clovis qui proposent désormais de bien nombreux titres.

Ainsi nous retrouvons la vie de sainte Kateri Tekakwitha, cette petite fille indienne de la Nouvelle-France du XVIIe siècle, sous la plume d'Agnès Richomme avec de très nombreuses et belles illustrations (une image par paragraphe) en noir et blanc au fil des pages. Dans un style toujours très lisible pour les jeunes lecteurs et avec de nombreux détails, vous saurez tout sur cette jeune fille qui aura beaucoup à souffrir durant son assez courte vie mais héroïque vie. Véritable modèle de pureté et de courage pour notre époque, elle offrira tous ses sacrifices et épreuves pour la conversion de son peuple.

Un ouvrage qui touchera en particulier les filles mais qui saura intéresser les garçons avec ses récits de peuples indiens (à partir de 12 ans).»

Lecture et Tradition n° 85, mai 2018
Rédigé le  28 juin 2018 11:24  -  Lien permanent
0 Commentaires  

FIDELITER 242 - Éditorial : Le levain dans la pâte

FIDELITER 242 - Éditorial : Le levain dans la pâte

A l'occasion des attentats qui ont endeuillé notre pays, nous avons vu des hommes rester fidèles à leur devoir d'état au péril de leur vie. Je pense ici particulièrement au colonel Beltrame.

L'émotion qu'ont suscitée ces épisodes de courage nous rappelle que, pour nous chrétiens, bien au-delà des héros de la Cité (déjà admirables), nos véritables héros doivent être les saints. Eux aussi ont tout sacrifié, mais pour Dieu.

Pas plus que les héros authentiques, les saints canonisés n'ont été très nombreux. Et pourtant, chacun dans leur genre, avec la force du Saint-Esprit, ils ont changé le monde, entraînant les hommes vers le bien par leur action et par leur exemple, devenant des modèles et des inspirateurs, encourageant les plus faibles, suscitant des imitateurs.

Car ce n'est pas le nombre qui fait l'efficacité, mais plutôt la détermination, le don total de soi soutenu par la grâce. Souvenons-nous des débuts de l'Église. Ils n'étaient que douze Apôtres, ignorants, pauvres, effrayés. Mais parce qu'ils aimaient Notre-Seigneur Jésus-Christ plus que tout, et que celui-ci leur avait ordonné de convertir le monde, ils sont partis confiants et sans peur. C'est ainsi que la face du monde a été changée, que l'Église catholique a été établie sur toute la terre.

Si nous reprenons l'histoire de l'Église, nous constaterons qu'il en a été ainsi de siècle en siècle. Lorsque, selon le mot de saint Jérôme, le monde gémissait de se réveiller arien, l'évêque d'Alexandrie, presque seul dans tout l'Orient, défendit la divinité du Christ malgré les menaces, les persécutions, les exils. C'est ainsi que saint Athanase (1) sauva la foi catholique face à la toute-puissance des empereurs ariens. Passant dans le Languedoc et voyant des populations infectées par le manichéisme, un chanoine d'Osma (Espagne) fut bouleversé et entreprit de prêcher la vraie foi tant par sa parole que par ses vertus. C'est ainsi que saint Dominique commença l'oeuvre qui allait aboutir à la fondation de l'ordre des frères prêcheurs, et à la disparition de l'hérésie cathare, qui ravageait le pays.

Lorsqu'une paysanne de dix-sept ans se présenta à la Cour du roi Charles VII, alors réduit aux dernières extrémités dans sa lutte contre le roi d'Angleterre, qui aurait pu se douter que cette intervention de sainte Jeanne d'Arc renverserait le cours de la guerre de Cent Ans ?

Nous pourrions continuer ainsi indéfiniment. La sainteté d'une seule personne peut transformer le monde, susciter des renouveaux que personne n'aurait pu anticiper.

Et, tout près de nous, comment ne pas évoquer la figure de Mgr Lefebvre ? Tout était préparé pour une « révolution tranquille », « en tiare et en chape », sans que personne ne dise mot : les conjurés avaient si bien préparé leur coup ! Mais un homme s'est dressé, n'hésitant pas à proclamer que ces changements n'étaient pas de Dieu, et surtout ne craignant pas de subir des persécutions pour continuer à faire de vrais prêtres et sauver la messe de toujours. Ce complot si bien ourdi s'est ainsi brisé sur une fidélité inébranlable, même si, hélas !, les erreurs de Vatican II continuent à faire des dégâts.

Cette vérité nous concerne aussi. Souvent, nous sommes découragés parce que nous sommes peu nombreux face à des ennemis formidables. Mais redisons que le nombre ne fait pas toute l'affaire, et que la sainteté d'un seul peut, avec la grâce de Dieu, renverser le cours des choses. Il faut donc qu'une élite se dégage parmi nous, pour agir au coeur de la Cité, au coeur de l'Église, et transformer le mal en bien... (Abbé Christian Bouchacourt)

 (Pour lire la suite, procurez-vous le numéro 242 de FIDELITER.)

Rédigé le  27 juin 2018 10:33  -  Lien permanent
0 Commentaires